La Nation et la Sécurité Privée

10 propositions concrètes et efficaces pour un pacte de confiance renouvelé

La Nation et la Sécurité Privée - Un pacte de confiance renouvelé
Le 26 septembre 2016 Imprimer

Téléchargez le Livre Blanc de l’USP


Editorial. Par Claude Tarlet, président de l’USP

Depuis sa création, les entreprises membres de l’USP, et à travers elles des dizaines de milliers de femmes et d’hommes s’engagent auprès de l’État pour garantir la sécurité de la population.

Sans avoir la volonté de se substituer aux forces régaliennes de sécurité, la sécurité privée sait le rôle qui est sien au service de la collectivité.

Depuis la loi 95-73 du 21 janvier 1995, il est acté dans notre societé que la sécurité privée concourt à la sécurité générale. Cette consécration législative a été consolidée par l’insertion du Livre VI consacré à la sécurité privée dans le Code de la sécurité intérieure (CSI).

La sécurité publique et la sécurité privée sont des partenaires.

Elles agissent de concert pour apporter des réponses crédibles aux menaces auxquelles la société est confrontée.

De la prévention de la délinquance à celle du terrorisme, à la place qui est la sienne, la sécurité privée appuie les forces publiques. Elle contribue à rassurer la population. Elle est passée de la logique de surveillance à celle de la protection.

Les entreprises de sécurité privée ont fait preuve, après les attentats qui ont meurtri notre pays, et au lendemain du 13 novembre 2015, d’un investissement considérable et d’une réactivité totale sur le terrain. Elles ont montré leur capacité opérationnelle et la qualité de leurs modes opératoires.  Elles ont, fortement, contribué a la réussite de l’Euro 2016 en appui  et en complément des forces publiques.

Présente aussi bien dans les espaces privés que dans les espaces publics, la sécurité privée se soumet naturellement au droit de l’État. Au quotidien, elle prouve qu’elle assume des missions d’intérêt général dont nul ne peut plus se passer.

L’USP contribue par ses réflexions aux évolutions nécessaires de l’environnement de la sécurité privée.

Dans un contexte troublé, l’USP entend rester une force de propositions. À cette fin, elle est guidée par un maître-mot : la confiance.

La sécurité privée n’est pas une activité comme une autre.

Ses missions dans le cadre fixé par l’État et de plus en plus pour son compte font peser sur elle une responsabilité particulière.

La prévention des menaces exige que tous travaillent dans la même direction, celle d’une efficacité accrue.

Depuis des années, la sécurité privée a engagé sa mue. En partenariat avec la puissance publique, la volonté de se professionnaliser et de se moraliser l’a conduite à des évolutions remarquables.

La création du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) a constitué une étape cruciale en la matière. Voulu à la fois par l’État et la sécurité privée, le CNAPS témoigne des efforts considérables qui ont été accomplis.

Grâce à cela, la sécurité privée est considérée comme un partenaire fiable de la puissance publique.

Pour autant, la satisfaction ne doit pas conduire à l’endormissement.

Au contraire, la vigilance s’impose et l’ouvrage doit être constamment remis sur le métier. Nous devons penser, anticiper et agir autrement. La menace terroriste va avoir un impact important sur les évolutions de la sécurité privée dans les années qui viennent. Les entreprises vont vivre une rupture de leur modèle économique actuel et intégrer, sous la pression irréversible de la révolution digitale et numérique, des offres globales et des solutions prédictives.

Tel est l’objet de ce nouveau Livre blanc. La Nation menacée exige une sécurité performante.

La sécurité privée n’a plus à prouver qu’elle est indispensable, mais de nouvelles étapes doivent être franchies.

C’est pourquoi l’USP appelle de ses vœux un pacte de confiance renouvelé entre la Nation et la sécurité privée.


Téléchargez le Livre Blanc de l’USP