Réactions

Assurance chômage : un accord pénalisant les branches créatrices de richesses et d'emplois

Le 31 mars 2017 Imprimer

Après l’ultime séance de négociation entre les partenaires sociaux sur l’assurance chômage, l’USP (UNION DES ENTREPRISES DE LA SECURITE PRIVEE), 1ère organisation professionnelle du secteur de la Sécurité Privée regrette l’accord trouvé par les partenaires sociaux considéré comme une « triple peine » pour les entreprises du secteur.

Le résultat de cette négociation stigmatise les branches ayant recours aux contrats courts et montre que la réalité économique des entreprises du secteur, comme d’autres entreprises de service, échappe à certains. Dans le secteur de la Sécurité Privée qui compte plus de 200 000 actifs dont 90% des entreprises ont moins de 10 salariés, recourir aux contrats courts pour un chef d’entreprise n’est pas un choix mais une adaptation nécessaire pour faire face au surcroît d’activité, notamment lors de manifestations culturelles et événementielles. Ce n’est pas une solution temporaire à un problème transitoire mais une nécessité évidente répondant à un accroissement ponctuel de l’activité.

En maintenant la surtaxe sur ces contrats et en obligeant les branches professionnelles à négocier, nos entreprises qui créent de la richesse et des emplois sur tout le territoire national seront pénalisées et fragilisées.

L’USP souhaitait voir ouvrir le champ de la négociation dans le cadre global du marché du travail afin de traiter la question des salariés transfrontaliers, des intermittents du spectacle, des agents contractuels de la fonction publique, le sujet des droits rechargeables et des ruptures conventionnelles. Cette négociation élargie aurait du se tenir suivant un calendrier déconnecté des échéances électorales et se fixer comme objectif d’aboutir d’ici la fin de l’année 2017.


Téléchargez le communiqué de presse