MARIE-ANNE ET AMAURY DESNOULEZ

Une nouvelle génération d’entrepreneurs

Le 20 juin 2014 Imprimer

Ils placent l’éthique au centre de toutes leurs démarches. Depuis leur fief lillois, Marie-Anne et Amaury Desnoulez pilotent Vigie-Villages, une entreprise de sécurité nouvelle génération qui leur ressemble et qu’ils ont fondée en 1997. Rencontre avec deux jeunes talents de la sécurité.

Vous avez remporté le trophée COUP DE CŒUR 2010 qui salue le travail accompli avec la parution de votre support « Etre Vigie-Villages ». En quelques mots, que signifie « être Vigie-Villages » ?

Marie-Anne et Amaury Desnoulez. Etre Vigie-Villages c’est être, à quelque niveau de hiérarchie que ce soit, en accord avec les valeurs évoquées dans notre Guide des Valeurs. Ces « savoirs être » sont autant de guides immatériels permettant à nos salariés de prévoir, de réfléchir et d’agir dans le sens de notre professionnalisme. C’est cette dynamique qui va différencier une action signée Vigie-Villages d’une autre prestation de sécurité.

Dans cet ouvrage, vous mettez en avant l’une de vos marques de fabrique, à savoir votre capacité à être en cohésion afin d’être responsable, vigilant et respectueux de la mission qui vous est confiée. Comment se traduit cette posture dans l’activité de sécurité ?

MA&AD. Les valeurs évoquées dans le guide sont toutes aussi importantes les unes que les autres et sont interconnectées. Notre capacité à être en cohésion constitue l’une d’entre elles. Au-delà de la valeur noble que représente l’esprit d’équipe, elle est, en matière de sécurité, un maillon essentiel. La cohésion optimise la chaine de sécurité puisque chacun à conscience des incidences de ses actes sur son environnement.
De cette vision globale d’équipe découle directement le sens des responsabilités – puisque chacun connaît la valeur de son rôle et celui des autres – et développe le respect. Travailler dans ce sens permet d’apporter à nos clients une prestation de qualité mais surtout d’établir un lien précieux de confiance permettant le dépassement des problématiques qui surviennent.

La formation est aussi au cœur de votre entreprise. En quoi consiste cette formation ? A qui s’adresse-t-elle ?

MA&AD. La sécurité est avant tout une responsabilité. La formation est l‘un des fondamentaux de la qualité des prestations réalisées sur le terrain. Le personnel formé permet la réalisation de missions maîtrisées ce pourquoi Vigie-Villages a fait de la formation l’une de ses priorités. Elle s’adresse à tous et pour tous les postes.
Le budget investi annuellement dans les différentes formations est largement supérieur au 1% obligatoire. Apprendre à s’organiser, mieux discuter entre collaborateurs, manager, se perfectionner… Comptable, cadres, secrétaires… tous ont bénéficié d’une ou de plusieurs formations.
70% de notre budget est affecté aux formations et recyclages liés à nos activités de surveillance. Le solde du budget est investi dans les formations « volontaires ». Chaque salarié de l’entreprise peut faire une demande de formation complémentaire non liée directement à la spécificité de son activité sur le terrain. Proposer des formations SSIAP 2 ou 3 à du personnel n’en ayant pas l’obligation, permet à l’entreprise d’exprimer son investissement et sa reconnaissance envers ses collaborateurs, favorise la polyvalence et pourquoi pas ; devance les demandes de nos futurs clients.

Que pensez-vous aujourd’hui de la formation appliquée au secteur de la sécurité privée ? Quels sont ses points forts et ses points faibles ?

MA&AD. Les obligations légales de formation permettent de valoriser le travail de nos agents. Et si, un grand pas a été fait depuis l’apparition du CQP, cette base reste minime et principalement axée sur la théorie et notre convention collective.
Il manque cruellement de formation terrain, comme le CAP APS par exemple, il nous appartient en tant qu’employeur de venir compléter cette formation en interne : nous ne pouvons pas nous contenter d’envoyer nos agents sur le terrain qu’avec ce seul CQP en poche.
Les formations SSIAP permettent un réel perfectionnement et collent à la réalité terrain et aux missions qui nous sont confiées.
Les recyclages sont judicieux et leur fréquence raisonnable, l’évolution des formations E.R.P / I.G.H vers le SSIAP a été bénéfique pour tous et leurs règles bien construites, en rapport avec la réalité.

A l’aune de ces constats, et tandis que le nombre d’agents de sécurité privée va inexorablement se multiplier au cours des prochaines années, quelles sont selon vous les principales qualités (humaines, professionnelles, morales, etc.) dont doit faire preuve un agent de sécurité ?

MA&AD. Un agent de sécurité devrait s’imprégner de la politique de son entreprise et intégrer les valeurs qu’elle diffuse.
Il faudrait qu’il soit également plus actif dans la prise en charge de sa professionnalisation : être au fait des formations possibles pour lui, être investi dans ses missions par le respect des engagements contractuels envers le client et être force de proposition et de conseils à travers son feed-back.

Quels sont vos critères de recrutement ? Comment se déroulent vos procédures de recrutement ?

MA&AD. Nos critères de recrutement intègrent les obligations légales (carte professionnelle…). A cela viennent s’ajouter les critères qui nous sont propres : motivation, formations complémentaires, expérience, cohérence d’une mission par rapport à son lieu d’habitation, sa présentation entre autres et … ses valeurs ! Concernant nos procédures de recrutement, la mise en place actuelle de la norme ISO 9001 nous permet de formaliser nos procédures de recrutement (cf ci-joint le cycle de Management du Développement conjoint de la Performance et de la Compétence) et homogénéise le profil des agents recrutés.

Votre ouvrage fait également la part belle à la notion globale de développement durable. Comment avez-vous transposé les trois piliers de cette philosophie dans votre entreprise ? Quels sont les facteurs-clés de réussite ? Quels sont les principaux obstacles ?

MA&AD. Il est très difficile de réaliser les arbitrages qui maintiennent en équilibre ces trois piliers : facteurs économiques, environnemental et social. L’attention dédiée au facteur humain corrélée au fait de ne pas céder à la politique du discount, aura été notre « crédo » depuis plus d’un an.
Nous aimerions élever le « débat » des appels d’offres ou autre référencement en accordant une place plus importante à l’aspect professionnel, qualitatif et technique des candidatures et aller ensemble vers un nivellement vers le haut de la qualité.

Votre entreprise est un peu à part, déconnectée des structures traditionnellement rencontrées dans le secteur. Comment réagissent vos clients face à cette posture ? Vos clients sont-ils eux-aussi atypiques ?

MA&AD. Nos clients nous ressemblent forcément un peu puisqu’à un moment ou un autre ils ont été sensibles à notre manière d’appréhender leur problématique de sécurité mais ne sont pas atypiques. Ils savent en venant chez nous qu’ils auront une solution professionnelle avec une dimension humaine forte.
Le client d’aujourd’hui est curieux, il aime le changement, il est aussi plus averti et c’est tant mieux ! Il nous appartient de le séduire par des arguments solides, originaux et de le fidéliser avec une cohérence entre ce qui est promis et ce qui est réalisé.

Globalement, comme définiriez-vous « l’éthique » appliquée à la sécurité privée ?

MA&AD. C’est, à notre avis forcément…. un indispensable ! Pourtant, elle nous apparait comme étant au stade « végétatif » d’une forte et profonde aspiration. Il nous paraît essentiel que nous nous fédérions autour d’elle afin qu’elle prenne corps et donc sens.
Le CNAPS nous semble être la piste la plus tangible pour cela : faire vivre et respecter l’éthique de la Sécurité Privée, certainement un bien nécessaire pour notre profession et l’ensemble de ses acteurs. Le mot sécurité peut cohabiter avec celui de l’éthique et …qu’elle cesse de s’effacer au regard du prix …. une ambition à partager !!!!

Et maintenant, quelle est la prochaine étape qui sera encore plus « Vigie-Village »?

MA&AD. Rester dans la lignée de ce que nous avons construit avec nos salariés est, en soit, le plus fort de nos projets. Plus concrètement, faire vivre et rendre pérenne nos valeurs afin qu’elles conservent leurs intensités constitue, en lui-même, un très beau challenge. Vous pouvez compter sur notre fibre imaginative et notre goût du dépassement pour donner naissance à d’autres projets que nous ne manquerons pas de vous faire partager !