Paroles de prestataires | BRÉSIL

GEOS ne sera pas présent pour la Coupe du Monde

Le 20 juin 2014 Imprimer

Prix en hausse injustifiée, non-respect de la législation, policiers en heures sup… la sécurité de la Coupe du Monde au Brésil semble suivre de sinueuses pentes. Autant de raisons qui ont conduit GEOS, spécialiste de la prévention et du management des risques à l’international à se retirer de cet événement. Louis Caprioli, conseiller spécial du groupe, commente cette décision.

En 2010, nous avions déployé plus de 100 personnes pour protéger les équipes de TF1 et d’autres compagnies dans le cadre de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Nous étions également présents pour les championnats d’Europe en Ukraine en 2012.

Tensions sociales

Pour la Coupe du Monde au Brésil, nous avons fait le choix de nous retirer et privilégier les clients qui sont les nôtres en Amérique Latine tout au long de l’année (GEOS est présent dans 5 pays en Amérique centrale et en Amérique Latine, dont le Brésil, NDLR). Plusieurs raisons ont motivé ce choix. La contestation sociale qui plane sur le pays ne cesse de s’accroître et le mécontentement de la population s’accentue alors que les coûts engagés dans l’organisation sont vertement critiqués par la population. Un climat social sous haute tension avec des favelas présentes au cœur des villes et des infrastructures qui peinent à répondre aux attentes.
Nous craignons que la violence se manifeste durant la Coupe du Monde et cela nous a conduits à nous interroger sur les capacités des force de sécurité locales à juguler ces phénomènes comme ce fut le cas lors des Jeux Olympique de Mexico en 1968*.
Il y a des risques de mouvement sociaux violents. Et dans cet environnement, nous pouvons nous interroger sur la réaction qu’auront les forces de l’ordre brésiliennes. Ces réactions, qui peuvent être inconsidérées, sont un élément que nous ne maitrisons pas.

Garanties insuffisantes et coûts exponentiels

Nos clients souhaitent une protection de haute qualité à des tarifs raisonnables. Or, dans ce contexte de Coupe du Monde, les entreprises de sécurité locales (des partenaires sur lesquels nous devions nous appuyer) ont augmenté sensiblement leurs tarifs, une occasion rêvée pour eux ! Par ailleurs, confrontées à une demande inhabituelle, ces entreprises renforcent leurs équipes en faisant appel à des policiers qui ne sont pas en service avec le risque d’avoir des personnels qui ne sont pas en règle avec la législation. Nous n’avons pas voulu rentrer dans ce processus.
Enfin, du fait de la durée de la prestation et de l’éloignement, il n’était pas envisageable pour nous d’envoyer des experts depuis la France, du fait du surcout que cela induit.
Notre rôle, plus que la protection en elle-même était de conseiller sur la marche à suivre pour assurer une sécurité optimale. Nous avons donc décidé, dès le mois de janvier, de avons donc décidé de ne pas donner suite aux différentes demande que nous avons eu de la part de certaines chaines de télévision françaises ou étrangères.
Tarif, qualité de prestation et environnement nous posent trop de problèmes et justifient donc notre retrait.

Des prestations particulières

Les prestations dispensées par GEOS dans le cadre de compétitions internationales visent tout d’abord à sensibiliser l’ensemble des personnels à la situation générale et locale puisque les entreprises qui se déploient sont des chaines de TV ou de radios, ainsi que des grandes entreprises sponsors.
Dans ce cadre, GEOS réalise une analyse sécuritaire par pays, par État, par ville, par quartier et par lieu de résidence. Cette analyse sécuritaire est actualisée et transmise deux fois par jour et complétée par une liste de recommandations remise chaque matin à notre client.
Nous mettons également à disposition du personnel pour accompagner les personnes à protéger avec véhicules et chauffeurs parlant la langue du pays concerné.
La difficulté est de pouvoir géolocaliser des véhicules et des personnels qui sont sur le terrain. Nous intégrons un système à leur téléphone qu’ils activent dès lors qu’ils sont en mission. Ainsi, ils peuvent déclencher un bouton d’alarme en cas de danger. En Afrique du Sud, nous avions également installé un QG depuis lequel nous pouvons suivre les déplacements en temps réel et des équipes sur le terrain prêtes à intervenir en cas de problème.
C’est un dispositif complexe qui exige des équipes locales performantes et des contrôleurs GEOS efficaces pour valider la prestation.

* À quelques jours de l’ouverture des Jeux olympiques, le gouvernement du président Gustavo Díaz Ordaz après une série de troubles violents en ville de Mexico décida d’assurer la sécurité des Jeux. Le bilan des morts parmi les manifestants le plus communément admis est de plus de 300 morts1. Cependant il n’a jamais été possible de connaître le nombre exact de victimes.