FOCUS

« Le principal enjeu pour les hôpitaux d’aujourd’hui est d’allier la sécurité incendie, la sûreté malveillance et les pratiques de soins »

Bertrand Bonnelilier
Le 19 juin 2014 Imprimer

Nouveau système de vidéosurveillance, équipe d’agents de sécurité interne, révision de l’approche sécuritaire globale, le centre hospitalier de Sens souhaite tout mettre en œuvre pour protéger son personnel tout en assurant le meilleur niveau de soin aux malades. Une équation parfois complexe qui a nécessité la mise en place d’un nouveau programme de formation et de maintenance. Explications avec Bertrand Bonnellier, responsable sécurité du Centre hospitalier de Sens.

Que représente « la question sécuritaire » pour votre établissement ?

Bertrand Bonnellier. Depuis la fin 2010, incité par la commission de sécurité, le centre hospitalier développe une part importante dans la lutte contre les risques d’incendie et de panique au sein du centre hospitalier. Un schéma directeur incendie est en cours de réalisation afin de mettre en sécurité le bâtiment principal. La Direction de l’hôpital a mis en place une équipe sécurité dédiée à la sécurité mais également des agents hospitaliers formés à la sécurité ayant d’autres fonctions. Un nouveau programme de maintenance et de formation allant directement sur le terrain complète le dispositif. Afin d’éviter les erreurs du passé, chaque nouveau projet neuf ou restructuration est soumis au responsable sécurité pour avis. Les règles définies par le schéma directeur incendie seront imposées aux futurs architectes ou intervenant dans le cadre des projets, et non pas l’inverse.

Les hôpitaux sont des lieux particulièrement sensibles en matière de sécurité (passages incessants, multiplicité des personnels et des visiteurs, espaces ouverts, …). Quels sont les principaux enjeux en matière de sécurité ?

Le principal enjeu pour les hôpitaux d’aujourd’hui est d’allier la sécurité incendie, la sûreté malveillance et les pratiques de soins. Dans bien des cas, les besoins de chaque activité sont différents et s’opposent. Il y a donc lieu de trouver un compromis acceptable et réglementaire pour prendre en compte les impératifs de chacun. Un centre hospitalier reste un lieu ouvert pour tous, mais comme tout employeur, la sécurité de son personnel et de ses patients doit être assurée sans gêner le cœur de notre métier qui est l’accès aux soins pour tous dans un environnement sécurisé.

Selon votre expérience, quels sont les principaux risques auxquels les hôpitaux d’aujourd’hui sont soumis ?

Plusieurs études ont démontré les risques liés dans les hôpitaux et le centre hospitalier de Sens n’échappe pas à cette règle. Le service des Urgences est particulièrement touché par les risques liés au comportement humain. C’est pourquoi ce service va être totalement repensé dans le cadre d’une extension afin d’assurer une meilleure sécurité à la fois pour le personnel mais également pour les patients se présentant dans ce service. Globalement, nous n’enregistrons pas d’événement majeur qui mettrait en péril la vie de nos patients ou de notre personnel. Les cas les plus fréquents sont les incivilités et les vols. Des actions sont menées et l’hôpital se rapproche des acteurs locaux comme la police ou les services de prévention incendie pour une action commune.

Surveillance humaine, vidéoprotection, etc. Quels moyens utilisez-vous pour assurer la sécurité de votre établissement ?

Consciente du retard dans ce domaine, la Direction du centre hospitalier rattrape progressivement ce retard. La mise en place d’une équipe de sécurité permet d’intervenir en cas de conflit et d’effectuer des rondes de prévention. Un nouveau système de vidéoprotection hybride (analogique et numérique) mieux pensé remplace l’ancien système devenu obsolète. Un système de contrôle d’accès va voir le jour très prochainement pour un meilleur contrôle avec la plus faible contrainte possible pour les usagers. Des formations sont également initiées pour la gestion de la violence pour le personnel de soins. L’objectif est d’assurer une meilleure prise en compte de la sûreté en additionnant toutes les mesures. Leurs mises en place sont trop récentes pour établir des statistiques permettant de mesurer l’efficacité. Leur effet ne pourra être mesuré qu’à la fin de l’année 2013.

Comment la sécurité est-elle assurée : externalisation ? Agents de sécurité internes ?

Lors du choix pour la création de l’équipe de sécurité, une étude a été réalisée pour comparer les deux possibilités. De cette étude, il a été fait le choix de prendre une équipe interne à l’hôpital. Plusieurs raisons ont poussé à prendre cette option. Une équipe interne se sent mieux intégrée et donc plus impliquée. Nous avons également une plus grande flexibilité vis-à-vis de leur fonction. Cela nous permet de reprendre des contrats de maintenance liés à la sécurité pour le compte de ce service tel que les extincteurs, les RIA, etc.

Qu’attendez-vous aujourd’hui des entreprises de sécurité privée ?

Issu moi-même d’entreprise de sécurité privée, je connais bien les difficultés que rencontrent ces sociétés. Comme toute entreprise, la qualité de l’encadrement joue un rôle primordial sur la qualité de ses intervenants. Malheureusement, dans bien des cas, pour pouvoir rester compétitif sur un marché très concurrentiel, l’encadrement est soit de mauvaise qualité soit sous dimensionné. La qualité du personnel s’en ressent car il se retrouve souvent seul sur le terrain. Les entreprises de sécurité doivent continuer à faire la chasse aux entreprises qui cassent les prix afin d’assurer une meilleure qualité de service. L’encadrement doit être mieux formé sur le métier dont il a la charge pour effacer la mauvaise image qui colle à ce métier. Il y a en France des entreprises sérieuses capables d’assurer un bon service, faut-il encore que l’acheteur choisisse le mieux disant plutôt que le moins disant.

Avez-vous identifié de nouvelles tendances, de nouveaux moyens émergents en matière de sécurité ? Quels sont-ils ? Quels sont ceux auxquels vous croyez ?

Actuellement les moyens techniques en matière de sécurité et de sûreté évoluent régulièrement. Ces évolutions permettent de mettre en place plus facilement des moyens techniques tels que la vidéoprotection avec les réseaux IP ou les contrôles d’accès avec un minimum de câblage ce qui limite les coûts d’installation. Les nouvelles tendances technologiques récemment sorties sont trop complexes pour être mises en place sur un établissement tel que le nôtre