Grand témoin

« Le travail en commun avec les organisateurs et les services de l’État est la clef de notre réussite »

Stades, sport et sportifs
Le 20 juin 2014 Imprimer

Le Stade de France. Un mythe et un challenge en matière de sécurité. Et aussi un exemple eu égard à la performance de ses équipes et à la qualité architecturale du bâtiment. Rencontre en coulisse avec Christophe Bionne, directeur adjoint Sécurité/Sûreté du Stade de France .

Que représente « l’enjeu sécuritaire » dans le quotidien du Stade de France ?

La sécurité est primordiale au Stade de France, elle commence dès la préparation des événements et ne s’arrête qu’au départ du dernier travailleur, notre service est mobilisé 24/24H. Elle commence par la prévention des risques et des accidents du travail (étude des dossiers techniques, des plannings de montage, les outils utilisés l’élaboration des plans de prévention et la surveillance des chantiers).
Elle se poursuit avec l’élaboration des dispositifs de sécurité sûreté qui doivent être adaptés en fonction de la typologie du public et du niveau de risque. L’enjeu est de garantir la sécurité de 80 000 personnes dans des conditions d’accueil optimales tout en préservant la dimension conviviale des événements.

Environ 25 grands événements par an sont organisés au Stade de France et rayonnent dans le monde entier. Nous accueillons environ 80 000 spectateurs par manifestation soit la population de la ville de Pau ou La Rochelle. Notre métier est d’assurer la sécurité de la totalité de notre public mais également des différents acteurs (sportifs, artistes, etc.). Notre but est que leur venue au stade de France reste inoubliable.

Foot, rugby, concerts, spectacles, etc. Comment sécuriser ces espaces polymorphes ? Existe-t-il des solutions adaptées à l’ensemble de ces formats ?

Un schéma de principe est adapté à chaque manifestation. Il est modifié suivant la classification de l’événement (risque normal, moyen ou élevé) et/ou de la typologie du public attendu. Les animations du TOP 14 lors de la finale du 31 mai dernier ont été nombreuses : la LNR et la FFR voulaient rendre un hommage aux rugbymen qui ont participé à la grande guerre qui impliquait différents corps qui constituent l’armée française. Les organisateurs nous ont présenté leur projet (descente en rappel de la toiture et d’un hélicoptère, exposition statique et dynamique d’engins militaires, etc.). Nous avons choisi ensemble les implantations, reconnu les cheminements et les processus pour gérer au mieux la co-activité entre la caméra aérienne, l’hélicoptère “Puma” au-dessus de l’arène et le feu d’artifice.

Quels sont les principaux risques et menaces auxquels le Stade de France est confronté ?

Comme tout lieu de grand rassemblement, nous devons nous prémunir des risques terroristes et appliquer les prérogatives du plan Vigipirate. Lors des grandes rencontres sportives, nous gérons les flux des supporters en étroite collaboration avec les services de la préfecture et des forces de l’ordre. Un service médical renforcé est mis en place pour les spectateurs : composé généralement d’environ 100 secouristes de la Croix Rouge et de la Croix Blanche sont encadrés par des médecins et infirmiers urgentistes.

Comment réussir à sécuriser 80 000 spectateurs sans toutefois véhiculer un sentiment de « surveillance » trop fort ?

Même si le public français est habitué à voir des agents de sécurité dans les lieux publics, nous devons trouver le juste équilibre entre l’accueil et la sécurité. Le positionnement et le profil des agents sont d’ailleurs étudiés pour que leur mission soit perçue comme un service d’accueil et d’accompagnement en particulier pour les clients qui viennent au Stade de France pour la première fois

Comment est organisé votre service de sécurité ?

Le service de sécurité sûreté du Consortium du Stade de France (CSDF) est composé de 6 collaborateurs dont 4 sont titulaires du SSIAP 3. Nous accompagnons les organisateurs d’événements sportifs et de concert tout au long de leurs projets jusqu’à leurs aboutissements. Le travail en commun avec les organisateurs et les services de l’État est la clef de notre réussite.

Faites-vous appel à des entreprises privées de sécurité ?

Le CSDF n’emploie pas d’agent de sécurité directement mais fait appel à des sociétés de sécurité extérieures.
On distingue deux métiers distincts dans le domaine de la sécurité.
Tout d’abord, la sécurité incendie : l’arrêté du 25 juin 1980 modifié réglemente les Établissements Recevant du Public pour assurer la protection des personnes et des biens. Ce service est assuré par des Agents De Sécurité Incendie titulaires du diplôme SSIAP (Service de Sécurité Incendie et Assistance aux Personnes arrêté du 02 mai 2005). Ces agents ont pour mission principale d’assurer la protection du bâtiment contre les risques d’incendie par des rondes régulières et l’entretien des moyens de secours.
Ensuite, la sûreté : les agents de sûreté sont titulaires d’un Contrat de Qualification Professionnel (formation de 140 heures) et doivent recevoir l’agrément délivré (pour 5 ans) par le Conseil National des Activités Privées de Sécurité après enquête de moralité. Ces agents assurent la protection du bâtiment en contrôlant les différents accès pour les piétons et les véhicules et effectuent des rondes régulières dans le bâtiment.
Nous faisons appel à une entreprise pour le mode veille et environ treize autres pour gérer les grands événements et pourvoir les 1200 postes nécessaires lors des manifestations

Surveillance humaine, vidéoprotection, biométrie, etc. Quels sont les principaux moyens utilisés pour assurer la sécurité ?

Nous utilisons aussi bien la surveillance humaine que les outils numériques. Par exemple, le Stade de France est équipé d’environ 200 caméras et le site est protégé par un système anti-intrusion performant. Les accès se font grâce à des lecteurs installés aux portes et dans les ascenseurs.

Comment est assurée la sécurité des personnalités ?

Les services des protocoles des organisateurs et nous, sommes toujours en contact avec les différents services de protection du ministère de l’Intérieur (Service de Protection des Hautes Personnalités / Groupe de sécurité de la Présidence de la République / officier de sécurité privé) pour convenir des itinéraires adaptés et assurer au mieux la protection des autorités.

Il est dit que 8 minutes suffisent pour que 80 000 spectateurs quittent les tribunes. Comment est organisée la sécurité pour réussir cet exploit ?
Effectivement, le public du Stade de France s’évacue bien en 8 minutes. Nous le devons principalement à la qualité architecturale du bâtiment.

Comment êtes-vous organisé avec les forces de l’ordre public ?

Toutes les manifestations sont déclarées à différents services de l’État. Les organisateurs et le CSDF déposent un dossier de sécurité en mairie 5 semaines avant l’événement. Ces documents sont distribués par la préfecture aux différents services instructeurs. Puis le bureau prévention de la BSPP, le Laboratoire Central de la Préfecture de Police, les différents services de la Préfecture de Seine Saint Denis, la Préfecture de Police de Paris instruisent les différentes animations et gèrent les problèmes liés à l’événement.

Une réunion préparatoire en préfecture de Bobigny, où sont réunis tous les acteurs impliqués par une manifestation au stade (BSPP, Samu, Police, Garde Républicaine, SNCF, RATP, Plaine commune, DERIF, organisateurs d’événement, CSDF, etc.) a lieu deux semaines avant le jour J. Tous les points liés à cette journée sont abordés afin de trouver les solutions les plus adaptées.

Le Stade de France possède la particularité de disposer d’un parking souterrain privé. Comment est assurée la sécurité de cet espace à part ?

Le Stade de France gère 4 parkings d’environ 4500 places au total. Une société d’hôtes accueillent nos spectateurs et des agents de sécurité vérifient les titres d’accès puis assurent un contrôle visuel de l’habitacle et des coffres (plan Vigipirate).

Avez-vous identifié de nouvelles tendances, de nouvelles technologies ou solutions émergentes en matière de sécurité ?

Nous sommes attentifs à toutes les nouvelles technologies, biométrie, radiographie, etc. pour assurer la meilleure protection pour nos visiteurs et clients ainsi que pour préserver le Stade de France.