Témoignage

« On se préoccupe des aspects de sécurité dès la conception d’un événement car cela peut compromettre tout projet »

Olivier Sévère directeur de la société d’événementiel BVC Organisation
Le 19 juin 2014 Imprimer

Essentielle et indispensable, obligatoire et règlementée, la sécurité tient une place importante dans l’organisation d’événement. Olivier Sévère, directeur de la société d’événementiel BVC Organisation nous livre sa vision des choses.

Vous êtes organisateur d’événements. Quelle place occupe la sécurité dans votre activité ?

C’est l’un des axes principaux de la bonne réalisation d’une manifestation. On se préoccupe des aspects de sécurité dès la conception d’un événement car cela peut compromettre tout projet. Il convient donc d’avoir un regard immédiat sur les aspects de sécurité, au même titre que le contenu et la communication. C’est donc l’un des tous premiers axes de réflexion. Ensuite, il faut réaliser toutes les démarches administratives relatives à la sécurité (plan de prévention, dossier de sécurité, etc..), enfin dans les 2 derniers mois on passe à la mise en place du dispositif et aux demandes de devis avec des prestataires spécialisés. Au fil des ans la réglementation évolue et se durcit, cela nous oblige à passer de plus en plus de temps sur ces aspects et à faire appel à des spécialistes en tant que conseil. Comment est-elle gérée ? (externalisation ? partenaires ?…) Au début en interne avec des salariés en charge de régie qui ont des notions et une expérience en matière de sécurité. Dans un second temps nous avons externalisé avec des prestataires qui affinent et mettent en œuvre le dispositif que nous avons défini.

Quelle part de budget représente la sécurité lors de l’organisation d’un événement ?

Cela dépend des lieux et des produits. Le dispositif n’est pas le même pour un concert de RAP, un événement maritime ou un bal populaire. Cela dépend aussi beaucoup des lieux utilisés (salle de spectacle, site extérieur, etc…). Globalement entre 8 et 15% du budget peut-être attribué aux aspects sécuritaires. Ces budgets sont en constante augmentation et cela pourrait compromettre l’équilibre économique de certains événements.

Concerts, festival, manifestation sportive, … Quels sont les événements qui présentent le plus haut risque en matière de sécurité ? Pourquoi ? Dans ce cadre, avez-vous élaboré un « plan sécurité » à (presque) toute épreuve ?

Nous avons l’avantage de travailler sur des domaines très variés (spectacles pyrotechniques, fêtes populaires, concerts payants, concerts gratuits). Il faut s’adapter à chaque fois à la réglementation. Le site complique plus les choses que la matière. En ville, dans un champ, en bord de mer, tard le soir ou tôt le matin ce sont des éléments qui impactent considérablement le niveau de risque. Bien plus que l’objet de l’événement. Généralement on fait du cas par cas, mais il y des principes généraux qui s’appliquent quelques soient les manifestations. Je pense notamment qu’il faut toujours aller vers la simplicité. Eviter toute complication inutile dans les procédures à appliquer. Ce qui se conçoit simplement s’applique correctement.

À l’aune de votre expérience, quels sont les incontournables en matière de sécurité dans le cadre de l’organisation d’un événementiel ?

Savoir clairement ce qu’on veut. Savoir écouter. Savoir dire non. Ne jamais oublier que la sécurité est un service dans le cadre de l’événement. Qu’elle soit présente mais pas forcément trop visible. Certaines sociétés de sécurité feraient l’impossible pour être vu et entendu. C’est rarement opportun.

Quel est le poids du « facteur humain » ?

Majeur. Avec une bonne équipe on peut réduire le nombre de personne. Etre plus efficace, plus rapide, plus adaptable. En revanche si le personnel n’est pas de qualité il faut compenser par le volume, ce qui n’est pas l’idéal. Quoi qu’il en soit c’est la qualité de l’encadrement qui détermine le reste.

Quelles sont vos relations avec les forces de l’ordre publiques ? Comment interviennent-elles ?

J’aime bien informer les autorités assez vite. Elles préfèrent avoir l’information en direct par l’organisateur qu’indirectement dans le journal … Il faut garder un lien permanent avec les autorités locales. Elles doivent intervenir sur demande de l’organisateur.

Comment travaillez-vous sur le sujet « sécurité » avec votre client ? Quels sont les principaux messages à faire passer ?

C’est à l’organisateur – responsable juridique et pénal – de garder la main sur les consignes générales, la production des titres d’accès, les rapports avec les autorités locales. L’organisateur lorsqu’il ne s’agit pas de son activité principale a parfois tendance à trop déléguer. Hors, en cas de souci majeur il sera le premier accusé.

Vous avez récemment orchestré la Volvo Ocean Race qui faisait escale à Lorient. En quoi cette manifestation était particulière ? Combien de visiteurs ont été accueillis à cette occasion ? Quels ont été les moyens de sécurité déployés ?

Nous étions chargés des animations et des spectacles. La sécurité n’était pas de notre responsabilité, mais de celle de l’organisateur que nous avons conseillé sur ce sujet. En tant que producteur de deux concerts payants nous avions cependant cette responsabilité ponctuellement. J’ai volontairement dissocier notre dispositif de sécurité du dispositif mis en place par l’organisateur pour pouvoir garder la main sur le contrôle d’accès et la sécurité du public pendant les concerts de Yannick Noah et de Revolver.

Quel est l’événement qui vous a le plus préoccupé en matière de sécurité ? Pour quelles raisons ? Quels étaient les risques, les enjeux ?

La venue de la Patrouille de France à Lorient le 16 juin dernier pendant la Volvo Ocean Race était particulièrement intéressante à gérer. Il s’agissait d’une première pour nous. Nous avons complété un dossier de sécurité pour les manifestations aérienne, étudié de près la réglementation et notamment l’arrêté du 4 avril 1996 relatif aux manifestations aériennes. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les services de l’Etat et des collectivités locales. Le travail réalisé en amont avec les différents acteurs concernés a permis de présenter ce spectacle exceptionnel dans de très bonnes conditions pour tous.